Aller au contenu principal
Contenu :

L’anamnèse et examen physique

Le premier pas vers le diagnostic : l’anamnèse...

L’anamnèse en médecine fait allusion à l’étude des antécédents médicaux à l’aide de questions adressées au patient. L’anamnèse est toujours réalisée au début du diagnostic et joue également un rôle majeur pour les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), telles que la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique. Il s’agit de l’identification exacte de vos symptômes, de déterminer comment, quand et dans quel contexte ils apparaissent, s’il existe des déclencheurs à ceux-ci et de soulever d’autres points pouvant être pertinents. En outre, le médecin va vous interroger sur vos caractéristiques relatives à votre santé, vos sensibilités (prédispositions), vos pratiques et sur des évènements passés, par ex., des opérations ainsi que des pathologies précédentes et associées.

Voici deux exemples qui illustrent pourquoi ces questions sont particulièrement importantes :
1.) Si un de vos proches au premier degré (autrement dit un parent) souffre d’une rectocolite hémorragique, votre risque quant à cette maladie est 10 à 15 fois plus élevé.

2.) En ce qui concerne les anciens fumeurs, la probabilité est 70 % plus élevée que pour les personnes qui n’ont jamais fumé ou, étonnamment, pour les consommateurs actifs de nicotine (il est toutefois quand même conseillé d’arrêter de fumer)! Dans le cas de la maladie de Crohn, le tabagisme constitue un facteur de risque majeur du déclenchement et d’évolution aggravée de la maladie.

Que demande le médecin lors de l’entretien d’anamnèse ?

Plus les informations que le médecin obtient sur vous sont pertinentes, plus cet interrogatoire est utile. Il peut être utile de noter systématiquement vos symptômes avant le rendez-vous chez le médecin. L'application "CED Forum" peut être très utile à cet égard. Les points suivants sont alors notamment soulevés :

  • Famille : les maladies gastro-intestinales sont-elles fréquentes dans votre famille ? Y a-t-il d’autres particularités ?
  • Symptômes physiques :  
    • Concernant l’intestin : Avez-vous des douleurs du côté droit dans le bas du ventre ? Crampes abdominales ? Diarrhées visqueuses, saignantes ou liquides ? Modifications lors de la défécation ? Fréquence des selles accrue ? Selles renforcées ? 
    • Concernant d’autres parties du corps (manifestations extraintestinales) : douleurs articulaires ou osseuses ? Réactions cutanées ? Troubles oculaires ? Fragilité osseuse (ostéoporose) ? Maladies hépatiques ?
    • Général : fièvre ? Fatigue ? Sensation de maladie ?
      Perte de poids ?
  • Troubles psychiques : ressentez-vous des charges familiales ou toute autre forme de stress psychologique ?
  • Maladies/évènements : allergies ? Infections ? Autres pathologies ? Intolérances alimentaires ? Opérations subies ou évènements liés à la santé ?
  • Alimentation
  • Style de vie : activité physique ? Nicotine ? Alcool ? Drogues ? Facteurs environnementaux ?
  • Situation professionnelle et sociale

... et l’examen physique

L’entretien médical est suivi de l’examen physique ou clinique. En regardant (inspection), touchant (palpation) et écoutant (auscultation) le patient, des informations importantes peuvent être obtenues avant de procéder à un diagnostic plus complexe avec des appareillages et un procédé d’imagerie et une coloscopie. Le médecin mesure également la tension artérielle, le pouls et la température ainsi que la masse corporelle. Les pertes et prises de poids sont un paramètre important pour l’évaluation de l’évolution de la maladie et du traitement. 
La palpation du ventre permet notamment au médecin de détecter la caractéristique et la tension de la paroi abdominale, ainsi que la position et la mobilité des organes internes. Il peut alors également déterminer et localiser les sensibilités à la pression.

L’examen rectal représente une mesure importante pour détecter des maladies inflammatoires chroniques (MICI), telles que la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique, pour vérifier si le rectum ne présente pas d’altérations pathologiques. Pour ce faire, le médecin insère son index avec précaution dans l’anus, en utilisant des gants et un lubrifiant, puis palpe le rectum avec des mouvements circulaires délicats de l’intérieur. Le médecin peut alors vérifier le fonctionnement du sphincter et sentir d’éventuels durcissements ou abcès dans la muqueuse. Pour les hommes, cette méthode simple peut également être utilisée pour palper la prostate.

L’examen rectal est souvent effectué avec un patient allongé en position latérale, avec les jambes repliées sur le corps. Cela peut tout d’abord paraître inhabituel et désagréable. Un bon médecin médecin vous informera néanmoins au préalable du déroulement et de l’objectif de cet examen et vous aidera à vous détendre au maximum. Une méthode souvent utile consiste à relâcher le sphincter de l’anus en le contractant et en le desserrant plusieurs fois consécutivement.

 

Articles connexes