Aller au contenu principal
Contenu :

 

La visite médicale

La base des soins appropriés : la visite médicale

La MICI étant une maladie chronique, qui est toujours présente même dans les phases de rémission sans symptômes, le médecin et la confiance établie sont très importants. Il est alors essentiel de prendre le temps de choisir le médecin qui vous convient et de bien préparer le rendez-vous.

Quel médecin me convient le mieux ?

Lors du choix du médecin* pour le traitement et les soins à long terme, deux éléments sont particulièrement importants : l’expertise médicale et la relation de confiance établie entre vous.

L’expertise médicale : le spécialiste pour l’établissement du diagnostic et le traitement en cas de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), telles que la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique, est le gastroentérologue pour enfants, si les patients sont très jeunes. La gastroentérologie se consacre aux maladies de l’estomac et des intestins et fait partie du domaine de la médecine interne. Les médecins avec une expertise MICI exercent dans une clinique ou dans un cabinet et sont souvent aidés par des assistants spécialisés.

La relation de confiance : l’expertise médicale implique non seulement les qualifications appropriées, mais aussi la contribution personnelle et une approche de gestion du cabinet axée sur les patients. Trouver un cabinet dans lequel on se sent vraiment bien pris en charge n’est pas toujours chose facile. Si vous remarquez que vous n’êtes pas sur la même longueur d’onde ou que le cabinet ne répond pas aux critères qui vous tiennent à cœur, il peut être judicieux de mettre rapidement un frein et de reprendre la recherche. Avec un médecin de confiance et un cabinet dans lequel vous vous sentez à votre aise, le défi d’apprendre à vivre bien avec la maladie est nettement moins important. 

La checklist pour la recherche de médecin peut vous aider, au même titre que les recommandations de votre entourage, de groupes de soutien ou les évaluations de médecins sur Internet. En tant que patient, les exigences et besoins personnels varient d’un individu à l’autre, ce qui est également vrai pour les conditions de vie et les situations médicales. Il convient alors finalement de se fier à son propre jugement. 

Conseil : le site Internet de l’association d’entraide aux patients Crohn Colite Suisse propose un formulaire de contact « Questions au médecin ».  Les membres ont la possibilité de poser des questions concrètes à l’équipe de médecins, de manière anonyme, le cas échéant.

 

Quand et à quelle fréquence devrais-je aller chez le médecin ?

Souvent, la première visite a lieu chez le médecin traitant, car pour les symptômes relativement génériques d’une MICI, personne n’envisage directement une maladie de Crohn ou une rectocolite hémorragique. Lorsqu’un médecin traitant émet des soupçons ou se trouve dans l’impasse, un transfert vers un gastroentérologue pour une coloscopie peut être envisagé.

Chez le gastroentérologue, vous êtes ensuite au bon endroit pour l’établissement du diagnostic, la planification des soins et autres traitements. Une fois le diagnostic confirmé et la décision commune concernant le procédé thérapeutique prise, vous devrez vous rendre relativement souvent au cabinet ou à l’hôpital. La fréquence dépend du schéma thérapeutique choisi, des médicaments employés, de vos réactions à leur égard et de l’évolution de la maladie. Si vous employez des médicaments biologiques, les intervalles entre les visites médicales dans la phase d’induction ne seront que de quelques semaines. Plus tard, lorsque vous vous adaptez au traitement et que les symptômes disparaissent ou se font rares, des intervalles de 2-6 mois suffisent.

Il est alors important de noter : la visite chez le médecin ne doit pas uniquement avoir lieu en cas de poussée aiguë, mais aussi régulièrement lors des phases sans symptômes, car la maladie survient généralement en leur absence et l’intestin ne fait que rester au repos, mais le mal n’a pas complètement disparu. En outre, des examens de contrôle réguliers avec coloscopie sont fortement recommandés en raison du risque accru de cancer colorectal.

Qu’est-ce qui se passe lors de la visite médicale ?

La première visite médicale comporte également l’enquête approfondie sur le patient par le médecin (anamnèse). Enfin, les examens et mesures de diagnostic nécessaires sont réalisés. Lors d’un rendez-vous ultérieur, le médecin discute avec vous des résultats d’examens et des traitements envisageables. Il y a ensuite d’autres visites au cabinet en lien avec le plan thérapeutique.

Les mesures d’examens médicaux de contrôle comptent : 

  • l’analyse et la surveillance de l’activité de la maladie sur la base de l’anamnèse et de votre description des symptômes ;
  • des examens complémentaires avec échantillon de selles ; (voir résultats de laboratoire) ;
  • la coloscopie et des procédés d’imagerie, tels que les échographies, sont des instruments importants pour évaluer l’inflammation de l’intestin ;
  • les réponses à des questions cruciales concernant votre vie quotidienne ou professionnelle ;
  • l’évaluation du traitement médicamenteux.

Doit-on se préparer pour la visite médicale ?

La réponse est simple : oui ! Qu’il s’agisse du premier entretien avec le médecin ou d’un rendez-vous de contrôle ultérieur : plus vous êtes bien préparé(e), plus la visite médicale sera fructueuse. Souvent, il y a peu de temps, surtout dans un cabinet médical agité où vous ne pouvez pas nécessairement réfléchir aux questions à poser dans le calme. Il peut alors arriver que vous ressortiez du cabinet avec des questions encore en suspens. Cela met non seulement de mauvaise humeur, mais peut aussi entraver le succès optimal du traitement.

Cela peut être évité avec des questions préparées et notées à l’avance ou avec une liste de vérification à parcourir lors de l’entretien avec le médecin ou les professionnels de la santé. En outre, il est recommandé de s’informer sur les aspects importants de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique au préalable, par exemple avec des sites Internet. Bien informé(e), vous pourrez suivre les explications médicales avec plus de facilité et vous disposez de plus de temps pour les questions importantes et examens.

 

* Il est fait référence ici tant à des médecins femmes que hommes, bien entendu.

Articles connexes